Jean-Pierre Chamodot LHCP
Libération Holographique du Cœur Péricarde

Méthode quantique de Bien-Être

La Libération Holographique du Cœur Péricarde® (LHCP® – Méthode Chamodot) n’est pas une médecine. C’est une méthode quantique de bien-être qui peut venir en complément de la médecine car elle s’appuie sur une autre définition de la réalité, et en a déduit une logique, un but, une stratégie et des outils différents.

Peut-on retrouver la santé et en finir avec le stress et ses conséquences :
Les problèmes de douleurs, tensions, fatigue chronique, burnout, dépression et autres pathologies ?

Et si la santé n’était que la conséquence du Bien-Être ?

Peut-on retrouver le Bien-Être ?
Le contact avec soi-même et l’autre ? La confiance en soi et en l’autre ? La joie de vivre ?
Et ainsi en finir avec l’isolement, le manque, les compensations et la dépendance ?

Pour atteindre un tel but, il est indispensable de trouver le bon mode d’emploi. Jean-Pierre Chamodot oriente ses recherches et chemine dans cette direction depuis plus de quarante ans. Il se repose sur l’expérience des autres et ses propres expériences pour en arriver à la conclusion que trouver le bon mode d’emploi passe par une compréhension juste de la réalité, donc de notre identité, qui permet d’en déduire une logique cohérente et ainsi de choisir les buts, stratégies et outils les plus pertinents.

Inspiré par l’ostéopathie, l’acupuncture, et les nouvelles sciences (physique quantique, épigénétique, biophotonique, neurosciences), il crée une méthode quantique de bien-être, la Libération Holographique du Cœur Péricarde® (LHCP® Méthode Chamodot). Les résultats obtenus avec cette méthode sont porteurs d’espoirs.
Voir conférence N°16

D’où vient l’efficacité de la LHCP® ?

Tout d’abord, loin de moi la prétention d’avoir créé une méthode scientifique à 100% (la Libération Holographique du Cœur Péricarde®). Aucune médecine ou thérapie ne l’est. Cependant il m’est apparu indispensable de me reposer le plus possible sur des bases scientifiques prouvées, prudence nécessaire pour avancer dans ma propre recherche avec un maximum de sécurité.

J’ai donc commencé par chercher à avoir une compréhension juste de la réalité et de notre identité, compréhension qui repose sur des faits scientifiquement prouvés. Ordinairement, nous fondons notre perception de la réalité sur nos 5 sens. Or ce que nous captons de la réalité par nos 5 sens est extrêmement limité. Conséquence, nous avons souvent une idée très parcellaire voire erronée de la réalité. Même des scientifiques de renom ont été trompés par les apparences. La physique quantique et l’épigénétique sont allées plus loin et ont rapporté des faits qui ne tombent pas sous les sens mais qui sont prouvés scientifiquement. J’ai dû accepter ces faits qui débouchent sur une compréhension nouvelle de la réalité, et réviser mon système de croyances pour trouver un mode d’emploi plus efficace du bien-être. Ainsi j’ai pu choisir une logique, des buts, stratégies et outils nouveaux en cohérence avec cette nouvelle compréhension de la réalité.

1 – Avoir une perception juste de la réalité

Les sciences physiques ont pour but de comprendre et décrire la réalité. Il existe actuellement deux descriptions de la réalité, donc deux physiques :

La physique classique dite « matérialiste », qui affirme avec Isaac Newton que la seule réalité est la matière. Elle repose sur 5 principes : (1 Existence de l’espace et du temps, 2 Causalité, 3 Détermination, 4 Continuité, 5 Conservation de l’énergie), dont certains n’ont pas été démontrés et se révèlent erronés comme le principe 1. Cela s’appelle raisonner juste sur des bases fausses. J’ai donc renoncé à cette description matérialiste de la réalité.

Les 5 principes de la physique quantique dite « spirituelle » : (1 indétermination, 2 indiscernabilité, 3 indivisibilité, 4 intrication, 5 intemporalité), reposent sur des preuves scientifiques. Cette physique affirme que la réalité est l’invisible (champ et information), et le visible (matière). Jugeant préférable de raisonner juste sur des bases justes et prouvées, j’ai adopté cette nouvelle vision quantique de la réalité.

2 – Adopter une définition de notre identité conforme à la réalité

De ces deux descriptions de la réalité (deux physiques), émergent deux définitions de notre identité, et donc deux systèmes de croyance :

Je renonce à croire en la séparation
Il me semble donc pertinent de renoncer à croire que nous sommes un corps de matière séparé des autres corps de matière, et qu’aucune interaction à distance n’existe entre ces corps, car cette croyance se révèle erronée par la nouvelle physique, ce que me confirme mon expérience personnelle et professionnelle.

Je choisis de croire en l’unité : Nous sommes la conscience Une, indivisible et créatrice
Comme l’a démontré cette nouvelle physique, nous pouvons maintenant adopter une vision quantique (spirituelle) de la réalité. Nous sommes la conscience, c’est-à-dire le champ de conscience (champ d’information ou champ du vide quantique) en interaction avec des cellules (matière). Cette interaction se fait par l’information, l’eau étant l’interface entre le champ et la cellule.
Cette conscience est Une et indivisible (*voir le paradoxe EPR, le théorème de Bell et l’expérience de Alain Aspect qui a prouvé en 1982 le « principe d’intrication quantique » et de « non localité »).  En réalité, nous sommes tous UN comme l’affirment les sages depuis des milliers d’années. Une interaction à distance existe forcément entre les corps de matière.
Cette Conscience Une est créatrice. C’est elle qui créée la matière (corps physique et environnement matériel).

*Voir Conférence N°5 : Physique quantique et prise de conscience Partie 2

3 – Adopter une logique cohérente avec notre Identité

Nous sommes la Conscience une et indivisible : prenons en compte l’Unité

De ces deux systèmes de croyance, naissent deux raisonnements et deux logiques : l’une matérialiste de guerre, et l’autre quantique spirituelle d’amour.

Je renonce à croire en la séparation et à la logique matérialiste de guerre
La croyance matérialiste erronée en la séparation entraine un raisonnement juste sur des bases erronées : « L’autre n’est pas moi et nos intérêts sont divergents. Il est un concurrent voire un ennemi potentiel. L’ennemi existe et il est dangereux. »
Ce raisonnement entraine une logique matérialiste de peur et de guerre : « Le problème c’est l’ennemi. La solution est de dominer ou d’éliminer l’ennemi. La guerre est justifiée et incontournable. »
À la lumière de ce qui précède, cette logique se révèle erronée car elle repose sur un système de croyance erroné concernant la réalité et notre identité. Il suffit d’observer les résultats d’une telle logique pour en être convaincu.

Personnellement je renonce à croire que l’ennemi existe, et que je peux en être la victime. Je renonce à faire la guerre contre des ennemis qui n’existent pas. Je renonce à une logique de compétition, de guerre, de destruction et de mort que cette croyance entraine. Je renonce à avoir peur et à faire peur.

Je choisis de croire à l’Unité et à une logique quantique spirituelle d’amour
La réalité spirituelle est l’Unité. Avoir la preuve que nous sommes Un entraine un raisonnement quantique juste sur des bases justes : « L’autre est une partie de moi (un membre manquant). Il est moi et il ne peut en aucun cas être un ennemi. En fait, l’ennemi n’existe pas et aucune guerre n’est justifiée. Si l’autre est une partie de moi, son bien-être est la condition sine qua non de mon bien-être. J’ai intérêt à le chouchouter. Nos intérêts sont convergents. »
Le seul danger est l’ignorance. Le problème est l’involution, c’est-à-dire l’oubli de notre véritable identité, et donc de l’Unité. La solution est l’évolution individuelle qui peut entrainer l’évolution de la conscience collective et déboucher sur la co-création d’un monde meilleur et moins stressant.
Ce raisonnement entraine une logique quantique globale de respect, d’amour, de paix et de contribution au service de l’évolution et de la vie. Cette logique se révèle juste car elle repose sur des preuves concernant la réalité et notre identité.

Je choisis une croyance que l’autre est moi reposant sur ces preuves. Je choisis une logique d’amour et de contribution. Je choisis de contribuer à la paix et au bien-être (le mien et celui de l’autre). Je choisis de contribuer naturellement à ma propre évolution (sans la contrôler ni la forcer) et, par conséquence, à celle des autres.

Changement de paradigme vital et urgent
Ces deux descriptions de la réalité, deux définitions de notre identité, deux croyances, deux raisonnements, deux logiques ; l’ancienne matérialiste et la nouvelle spirituelle, sont décrites comme deux paradigmes. Le passage de l’ancien paradigme matérialiste erroné vers le nouveau paradigme spirituel reposant sur des preuves est vital. Comme l’affirmait André Malraux : « Le XXIe siècle sera spirituel, ou ne sera pas. » Nous avons tous intérêt à effectuer ce passage avant qu’il ne soit trop tard. Que ce soit à un niveau individuel ou collectif, ce passage entraine quelques conséquences, non seulement dans notre vie de tous les jours, mais également sur les sciences et la médecine.

Je rêve d’une science et d’une médecine spirituelles basées sur la vérité, l’unité et l’amour
Je renonce à l’illusion matérialiste basée sur la séparation, la peur, la guerre et la destruction au service de la mort. Je renonce à lutter contre les symptômes, les pathologies et les agents pathogènes. Je ne considère pas un symptôme (jauge d’essence qui clignote) comme un ennemi, mais comme un système d’alarme utile pour éviter la panne sèche (maladie grave).
Je choisis une science et une médecine, basées sur la vérité, la conscience, l’unité, l’amour, l’interaction (la libre circulation de l’information) et l’harmonie au service de la vie. Je choisis d’œuvrer pour l’harmonie, le bien-être (le mien et celui de l’autre).

Nous sommes la Conscience créatrice : prenons en compte l’effet observateur

Cette conscience Une et indivisible est également créatrice (*voir expériences de la double fente), et nous utilisons consciemment ou inconsciemment l’effet observateur pour créer notre réalité physique. Par ignorance de notre véritable identité et de l’effet observateur nous pouvons créer une réalité négative.

La physique quantique et l’épigénétique l’ont prouvé. Mère Theresa l’avait pressenti quand elle disait : « Je n’irai pas à une manifestation contre la guerre, mais si vous faites une manifestation pour la paix, invitez-moi. » Elle avait compris qu’en luttant contre la guerre elle nourrissait la guerre qui grossissait. Elle préférait œuvrer pour la paix afin de nourrir la paix. Lorsque vous lutter contre ce que vous ne voulez pas, vous prenez le risque de l’amplifier.

Par ignorance de l’effet observateur, nous pouvons non seulement nourrir un problème, mais en plus nous pouvons créer un problème qui n’existait pas, et notamment créer l’ennemi.
A l’origine, l’ombre n’avait aucune réalité physique. Ce n’était que l’absence de lumière. On ne pouvait donc pas retirer l’ombre ni lutter contre puisqu’elle n’existait pas. Si un jour nous baptisons cette absence de lumière « ombre », par effet observateur, nous créons l’ombre. Si nous pensons et disons que c’est une « ennemie », et luttons contre, avec l’effet observateur nous créons et nourrissons cet ennemi. En réalité, pour faire disparaître l’ombre, il suffit de rajouter un peu de lumière.
De la même manière ne pourrait-on pas imaginer qu’à l’origine les pathologies n’existaient pas ? Qu’elles n’étaient qu’une alerte nous signalant l’absence de bien-être, c’est-à-dire une absence de complétude, ou si vous préférez une absence de connection au champ de conscience. On ne pourrait donc pas retirer une pathologie ni lutter contre puisqu’elle n’existait pas. Si nous baptisions cette absence de bien-être « pathologie » (diabète, sclérose en plaque, grippe, scoliose idiopathique, cancer…), ne pourrions-nous pas créer ainsi quelque chose qui n’existait pas ? Je me pose la question : N’y-t-il pas un risque, si nous faisions un diagnostic qui désigne une pathologie comme l’ennemi à abattre, de créer l’ennemi appelé pathologie. Si en plus nous luttons contre cet ennemi, ne pourrions-nous pas également courir le risque de le nourrir et de le faire grossir au lieu de le voir disparaître, comme nous le souhaitons ? Tout cela par ignorance de l’effet observateur. En conséquence, pour faire disparaître la pathologie, ne suffirait-il pas de rajouter un peu de bien-être en facilitant la reconnection des cellules au champ ?

Je choisis de prendre conscience de l’effet observateur pour arrêter de créer une réalité négative à mon insu. Je renonce à crée l’ennemi et à le nourrir en luttant contre.
Je choisis de m’intéresser au mode d’emploi de l’effet observateur pour créer une réalité positive en pleine conscience. Je choisis d’utiliser l’outil “effet observateur” et de le mettre au service du bien-être et de la vie.

*Voir Conférence N°4 : « Physique quantique et prise de conscience » Partie 1
Conférence N°5 : Physique quantique et prise de conscience Partie 2

4 – Comprendre que la cellule est la clé du bien-être et de la santé

Pour cela, il m’a été nécessaire de faire des choix qui reposent sur des preuves scientifiques afin d’avoir une compréhension juste de la cellule.

5 – Choisir une approche juste de la cellule : l’épigénétique

La science qui étudie la cellule est la biologie cellulaire. Il existe actuellement deux approches de la cellule : une approche matérialiste et une approche quantique.

Je choisis de renoncer à l’approche chimique matérialiste de la cellule
La biologie cellulaire standard comprend la cellule à travers la chimie organique et aboutit à la génétique. Cette approche matérialiste s’avère incomplète.

J’adopte l’approche vibratoire quantique de la cellule
La nouvelle biologie cellulaire prouve que les cellules obéissent aux lois de la physique quantique, et notamment que les réactions chimiques sont pilotées par les ondes électromagnétiques. Bruce Lipton, biologiste cellulaire visionnaire, a intégré la physique quantique à ses recherches et est ainsi devenu le père de ce que j’appelle la nouvelle biologie : l’Épigénétique.

Voir Conférence N°6 : « Épigénétique & Cellule vibratoire : l’information = signal »

6 – Comprendre une définition épigénétique de la santé et du bien-être et en déduire une stratégie

La santé : Il existe actuellement plusieurs définitions de la santé :
Selon un mode de pensée matérialiste une définition de la santé pourrait-être : “La santé, c’est l’absence de maladie ou d’infirmité.
Définition de l’OMS : « La santé ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité. C’est un état de complet bien-être physique, mental et social.»
J’en propose une troisième, à la lumière des nouvelles sciences et de mon expérience : « La santé est un état de bien-être informationnel qui entraine un état de bien-être énergétique,  mental, émotionnel, et physique,  donc l’absence de pathologies. »

Le bien-être : Il existe actuellement deux définitions du bien-être
Selon un mode de pensée matérialiste une définition du bien-être pourrait-être chimique : « Le bien-être est la présence d’endorphines dans le sang. »
J’en propose une deuxième, informationnelle, à la lumière des nouvelles sciences (épigénétique et biophotonique) : « Le bien-être est la conséquence de la connection des cellules au champ et de la libre circulation de l’information entre le champ et la cellule. »

Conclusion et stratégie :
Je renonce à faire la guerre contre la maladie ou l’infirmité dans l’intention illusoire de les faire disparaitre.
Je choisis de faciliter le bien-être cellulaire, c’est-à-dire de reconnecter les cellules au champ. Mon expérience m’a montré que l’apparition du bien-être entraine souvent la disparition de pathologies. Conclusion, je ne m’occupe que de faciliter le bien-être cellulaire.

7 – Adopter d’autres stratégies déduites de faits prouvés par l’épigénétique

L’épigénétique nous prouve que :
– La cellule est la clé de notre bien-être et de notre santé. Je choisis donc d’orienter mes recherches et mon action pour avoir un impact sur la cellule.
– Nos cellules sont parfaites (pour 95% de la population mondiale). Je renonce à changer des cellules parfaites. 
– C’est l’environnement intérieur et extérieur (stress) qui est à l’origine du dysfonctionnement de nos cellules et crée les problèmes. Je renonce à adapter des cellules parfaites à un environnement malsain. Je m’intéresse à créer un environnement sain pour les cellules.
– Seule l’information a véritablement un impact sur les cellules (*primauté du signal) : en négatif avec le stress et les pollutions électromagnétiques, et en positif avec les méthodes de soins de bien-être informationnelles, c’est-à-dire quantiques. Je choisis de faire de la LHCP® une méthode informationnelle quantique.
– L’absence d’information positive nous rend malade. Je choisis de rétablir la connection des cellules afin qu’elles reçoivent à nouveau les informations dont elles ont besoin pour fonctionner correctement.
– La présence d’informations négatives nous rend malade et nous créons une réalité matérielle négative à partir de ces informations négatives. Je choisis de libérer les cellules et les champs des informations négatives.
– Je choisis l’information comme outil.
– L’information négative ou STRESS pollue notre environnement intérieur (subconscient et stockage des croyances et conditionnements), et extérieur. Ce stress nous rend malade et crée des potentialités négatives à partir desquelles nous créons notre réalité négative. J’oriente mes recherches pour soulager les conséquences du stress, et m’intéresse à l’art de nettoyer notre environnement intérieur et extérieur.

*Voir Conférence N°6 : « Épigénétique & Cellule vibratoire : l’information = signal »

8 – Comprendre que le stress est la cause de nos problèmes et en déduire des buts

L’impact du stress sur la cellule
Autrefois, le stress était rare et limité dans le temps. Aujourd’hui, l’être humain a créé un environnement stressant 24 heures par jour et 365 jours par an. La sécrétion des hormones de stress est devenue continuelle, entraînant la diminution du volume de nos cellules. Ce fait, en apparence anodin, est d’une importance capitale car il est à l’origine de nos problèmes. Les cellules qui diminuent de volume perdent de l’eau, c’est-à-dire de l’information. Elles sont de ce fait déconnectées du champ de conscience, ne reçoivent plus le mode d’emploi et dysfonctionnent (pathologies d’origine physiologique). Par ailleurs, la rétraction cellulaire entraîne une rétraction tissulaire à l’origine de contraintes mécaniques anormales responsables des pathologies d’origine anatomique.

Buts :
Je renonce à lutter contre le stress et ses conséquences, le mal-être et les pathologies.
Je choisis d’Œuvrer pour le bien-être des cellules en facilitant leur retour à un volume idéal, afin de :
– rétablir leur connection au champ, c’est-à-dire la libre circulation de l’information.
– rétablir des longueurs tissulaires normales, faire disparaitre les contraintes mécaniques à l’origine des anatomopathologies.
Je choisis d’œuvrer pour co-créer un monde meilleur et moins stressant.

Voir Conférence N°1 : “Peut-on en finir avec les problèmes de douleurs, tensions, pathologies, mal-être, isolement, manque, dépendance, burnout ?” L’impact considérable du stress permanent sur nos cellules donc notre corps
Voir Conférence N°2 : « Pourquoi je renonce à lutter contre les pathologies ? Pourquoi je choisis d’Œuvrer pour le bien-être cellulaire ? »

9 – Définir des stratégies et outils nouveaux face au stress

Des stratégies et outils nouveaux pour faciliter le retour des cellules à un volume idéal et ainsi leur bien-être.

Stratégies : 
– Je choisis de satisfaire les 5 principes de la physique quantique : 1 indétermination, 2 indiscernabilité, 3 indivisibilité, 4 intrication, 5 intemporalité.
Voir Conférence N°5 : Physique quantique et prise de conscience Partie 2

– “Seul le champ gouverne la particule.” Einstein (physique). “L’esprit contrôle les cellules.” Bruce Lipton (Épigénétique). Chacun prouve à sa manière que pour avoir un impact important sur la matière (le corps, les cellules), il est indispensable d’agir sur le champ (l’esprit, la conscience, le champ morphogénétique). Je choisis de renoncer à agir directement sur le corps physique parce que c’est inefficace. Non seulement la physique et l’épigénétique le prouvent, mais en plus, je l’ai vérifié lors de mon exercice professionnel. Je choisis d’œuvrer sur le champ morphogénétique pour avoir un impact important sur le corps de matière. Ce choix m’a ouvert de nombreuses possibilités et m’a permis d’obtenir des résultats cliniques spectaculaires.
Voir Conférence N°3 : « Pourquoi je renonce à agir sur le corps ? Pourquoi je choisis d’ Œuvrer sur un champ de conscience pour avoir un impact sur la matière ? »

Outils :
– Je choisis de renoncer à la réaction chimique et à la molécule en tant que signal. J’adopte les ondes électromagnétiques.
Voir Conférence N°7 : « Pourquoi je renonce au signal chimique ? Pourquoi je choisis le signal électromagnétique ? »

– Je choisis de renoncer aux machines énergétiques et quantiques, bien que ces dernières donnent des résultats intéressants.
Voir Conférence N°8 : « Les ondes électromagnétiques : Méthodes énergétiques et quantiques »

– Je choisis d’utiliser ma conscience pour informer le champ morphogénétique de l’organe. Pour parvenir à ce résultat, j’ai dû faire une véritable enquête pour tenter de comprendre ce qu’est la conscience et son mode d’emploi.
Voir Conférence N°9 : « La conscience, qu’est-ce que c’est ? Où est-elle ? : Dans le cerveau ? Dans l’Eau ? » – Partie 1,
Conférence N°10 : « La conscience, qu’est-ce que c’est ? Où est-elle ? Éther ? Matière super lumineuse ? Champ ? » – Partie 2,
Conférence N°11 : « La Conscience = feed back entre le champ du vide et la matière ? » Nassim Haramein

– Le Dr. Leonard Laskow a prouvé que l’effet observateur (l’intention) et l’amour avaient un impact important sur le comportement cellulaire. Je choisis d’utiliser les outils quantiques (Amour, effet observateur, intention, information). J’augmente l’efficacité de l’intention en me mettant en cohérence cardiaque, et en associant l’intention par le geste, la pensée, le verbe et la visualisation. Je facilite le passage de l’information en créant un champ d’amour pour entrer en résonance avec les cellules.
Voir Conférence N°12 : « La conscience, mode d’emploi » Comment Œuvrer en tant que conscience ?
Conférence N°13, « LHCP®, Les outils quantiques, Partie 1 Intention par le Toucher quantique, et avantages »
Conférence N°14 : LHCP®, Les outils quantiques, Partie 2 Intention par la pensée + verbe + visualisation

– J’ai constaté qu’utiliser les outils quantiques localement ne suffisait pas, et qu’il est indispensable d’utiliser ces outils quantiques de manière globale (holistique, holographique) sur le corps tout entier, sur toutes les cellules, et de rechercher les interactions.
Voir Conférence N°15 : « Bizarreries. Holographie et nécessité d’être global. les résultats de la LHCP®, BIEN-ÊTRE et SANTÉ »

Pour atteindre un haut niveau d’efficacité il est nécessaire de satisfaire toutes ces conditions. Ainsi les cellules sont libérées des informations négatives, reconnectées au champ, reçoivent à nouveau les informations positives (mode d’emploi) et fonctionnent à nouveau correctement. Les rétractions tissulaires disparaissent. Le bien-être réapparaît. Conséquence, de nombreuses pathologies d’origine physiologique et anatomique disparaissent.

Quels résultats peut-on espérer d’une consultation en LHCP® ?

Le bien-être apparait. Nous vivons une expérience de complétude, c’est-à-dire nous sommes reconnectés au champ de conscience (notre véritable identité). Étant plus proches de nous, nous sentons la paix, la joie et l’amour que nous sommes. Être plus proche de soi, c’est l’être aussi de l’autre et expérimenter la communication et l’Unité. Alors un sentiment de plénitude et de gratitude s’installe. Conséquence fréquente, selon mon expérience : mal-être, isolement, manque et dépendances disparaissent.

La santé est souvent la conséquence du bien-être selon mes constatations. Les tissus retrouvent leur longueur idéale. Conséquence, disparition des contraintes mécaniques, donc des pathologies d’origine anatomique (santé). Les cellules reconnectées au champ peuvent recevoir l’information (le mode d’emploi) et ainsi fonctionner correctement. Conséquence disparition des pathologies d’origine physiologique le plus souvent.

Ces résultats ne sont pas définitifs. Tant que nous n’avons pas suffisamment évolué, nous continuerons à créer (inconsciemment) une réalité négative, et notamment un environnement stressant. Nous sécréterons à nouveau des hormones de stress, nos cellules se refermeront, nous serons à nouveau déconnectés, le bien-être et la santé disparaîtront à nouveau. D’où l’intérêt d’évoluer, c’est-à-dire de se reconnecter de plus en plus au champ. La LHCP® y contribue (consultations et formation).

Une séance d’entretien pour maintenir ces résultats est nécessaire régulièrement, en attendant d’évoluer suffisamment pour co-créer un environnement sain, moins stressant.

Voir Conférence N°15 : « Bizarreries. Holographie et nécessité d’être global. Les résultats de la LHCP®, BIEN- ÊTRE et SANTÉ »

Aller plus loin

Maintenant que vous avez compris d’où vient l’efficacité de la LHCP® et pris connaissance des résultats que vous pouvez en espérer, il vous reste à l’expérimenter.

Envie d’expérimenter ? Retrouver la joie de vivre ? Prenez Rendez-Vous pour une CONSULTATION LHCP®

Une fois que vous avez expérimenté sur vous et constaté l’efficacité de cette méthode, vous pouvez avoir envie d’apprendre à faire tout seul pour être plus autonomes : pour vous (auto traitements), et vos proches. Vous pouvez aussi ressentir un appel pour mettre cette méthode au service de l’autre.

Envie d’apprendre à donner un soin LHCP® ? Inscrivez-vous à la FORMATION LHCP®

Questions les plus fréquentes

Question 1 : Peut-on en finir avec le stress et ses conséquences : les problèmes de douleurs, tensions, fatigue chronique, burnout, dépression et autres pathologies ? Peut-on retrouver la santé, le contact avec soi-même et l’autre, la confiance en soi et en l’autre, la joie de vivre, et ainsi en finir avec l’isolement, le manque, les compensations et la dépendance ?
Réponse 1 : En finir définitivement avec le stress et ses conséquences : À ma connaissance, actuellement non.

Question 2 : Peut-on au moins soulager, voire faire disparaitre de manière temporaire le stress et ses conséquences ?
Réponse 2 : Oui dans un bon pourcentage des cas, à condition d’avoir le bon mode d’emploi.

Question 3 : Combien de temps durent les effets positifs d’une séance LHCP® ?
Réponse 3 : Les résultats se maintiennent plus ou moins longtemps en fonction du niveau d’évolution de la personne, et de l’environnement plus ou moins stressant dans lequel elle vit. D’où la nécessité d’un entretien régulier, et de l’accompagner sur son chemin d’évolution. La LHCP® apporte sa contribution dans cette direction.

Question 4 : Peut-on espérer qu’il sera un jour possible d’en finir définitivement avec le stress et ses conséquences ?
Réponse 4 : Oui, à condition que chaque être humain avance sur son chemin d’évolution, expérimente sa véritable identité (unité), contribue ainsi à l’élévation de la conscience collective et à la co-création d’un monde meilleur, moins stressant. La LHCP® apporte sa contribution dans cette direction.

Question 5 : « Est-ce que la LHCP® marche pour telle ou telle pathologie, tel ou tel problème ? »
Réponse 5 : « Avec la physique quantique, tout est possible et rien n’est sûr (Principe 1 d’indétermination). Je vous rappelle que je ne lutte pas contre les pathologies, que je ne cible pas un endroit précis du corps, ou un problème particulier, mais que j’œuvre pour le bien-être de toutes les cellules. C’est précisément pour cette raison que j’obtiens souvent de bons résultats sur la plupart des problèmes. Cela dit, le Principe 1 d’indétermination de la physique quantique m’interdit de prédire avec certitude à quel point mon intervention sera efficace sur telle ou telle pathologie, ou bien sur telle ou telle partie du corps ou sur tel ou tel problème. Je peux seulement vous dire qu’il existe une probabilité non négligeable de vous aider, mais aucune certitude sur le résultat.
De manière générale, il me semble difficile de condamner quelqu’un sans avoir tenté quoique ce soit pour l’aider. C’est pourquoi j’encourage la plupart du temps à consulter. Dans le pire des cas si la difficulté pour laquelle vous venez consulter est imparfaitement résolue ou n’est pas résolue du tout, vous constaterez une amélioration notable de votre état général.

Spécificités de la Libération Holographique du Cœur Péricarde®

La LHCP® – Méthode Chamodot n’est pas une médecine. Elle n’a recours à aucun diagnostic, aucune prescription, aucune utilisation de la chimie organique, aucune technique invasive et respecte l’intégrité du corps. Elle reconnait l’utilité de la médecine et ne se substitue en aucun cas à cette dernière (examen médical, consultation chez un médecin, seul habilité à établir un diagnostic et à ordonner une prescription). Elle ne demande en aucun cas d’interrompre un traitement médical. Elle peut venir en complément de la médecine car elle s’appuie sur une autre définition de la réalité, et en a déduit une logique, un but, une stratégie et des outils différents :

1) RÉALITÉ : La LHCP® s’appuie sur une définition de la réalité conforme aux nouvelles sciences (physique quantique, épigénétique, biophotonique, neurosciences), qui introduit une notion de champ et d’information en plus de celle du corps de matière. Pour ces nouvelles sciences, Réalité = matière + champ de conscience + information.

2) RÉALITÉ et IDENTITÉ : Elle repose sur les preuves de l’épigénétique que l’être humain est le champ du vide quantique en interaction avec des cellules (corps de matière) par l’information. Elle repose sur les preuves de la physique quantique que cette conscience est créatrice (effet observateur), indivisible (principe 4 d’intrication quantique démontré en 1982 par le physicien Alain Aspect, de non localité = unité), et en évolution.

3) IDENTITÉ, CROYANCE et LOGIQUE : Le principe d’intrication quantique prouve que nous sommes interconnectés (interaction à distance), nous sommes tous UN et non pas séparés. L’autre est moi, l’ennemi n’existe pas, et aucune guerre n’est justifiée. Cela implique une logique globale de respect, d’amour, de paix et de contribution au service de la vie dans laquelle se situe la LHCP®. Cette interaction à distance démontre, par ailleurs, la pertinence des soins à distance que propose la LHCP®.

4) PHYSIQUE, RÉALITÉ ET LOGIQUE : Elle s’appuie sur la physique démontrant que l’ombre n’existe pas. C’est le nom donné à l’absence de lumière. On ne peut donc pas retirer l’ombre qui n’existe pas, ni se battre contre. On peut seulement rajouter de la lumière. De la même manière, selon moi, les pathologies n’existent pas. C’est le nom donné à l’absence de bien-être et de santé due à la déconnection des cellules. On ne peut donc pas retirer une pathologie ni se battre contre elle puisqu’elle n’existe pas. On peut seulement rajouter du bien-être, c’est-à-dire reconnecter les cellules au champ.

5) ÉPIGÉNÉTIQUE et BUT : L’épigénétique a démontré que la cellule est la clé du bien-être et de la santé. Le bien-être, c’est quand les cellules fonctionnent bien. La LHCP® œuvre pour faciliter le bien-être des cellules, c’est-à-dire leur bonne fonction. La santé est la conséquence du bien-être cellulaire.

6) ÉPIGÉNÉTIQUE et STRATÉGIE : Pour l’épigénétique, 95% de la population mondiale a des cellules parfaites. Les problèmes ne viennent donc pas des cellules elles-mêmes. Ils viennent de l’environnement stressant qui déconnecte les cellules du champ. Pour l’épigénétique et la biophotonique, le bien-être est la conséquence d’une libre circulation de l’information entre les cellules et le champ de conscience. Une cellule déconnectée ne reçois plus le mode d’emploi, et donc ne fonctionne plus correctement. La LHCP® facilite la reconnection des cellules au champ du vide quantique, pour que l’information circule à nouveau. Cette libre circulation de l’information permet aux cellules de fonctionner à nouveau correctement, ce qui entraine le bien-être et donc la santé.

7) PHYSIQUE, ÉPIGÉNÉTIQUE et STRATÉGIE : D’après Einstein, « Seul le champ gouverne la particule ». D’après Bruce Lipton « L’esprit gouverne la cellule ». L’impact spectaculaire de la LHCP® sur la matière (corps physique = cellules) est dû au fait que le praticien œuvre sur le champ de conscience (et non sur le corps) en tant que conscience, grâce à l’information.

8) PHYSIQUE et STRATÉGIE : La LHCP® est une méthode quantique de Bien-Être car elle satisfait les 5 principes de la physique quantique : 1 d’indétermination, 2 d’indiscernabilité, 3 d’indivisibilité, 4 d’intrication, 5 d’intemporalité.

9) PHYSIQUE et OUTILS : La LHCP® est une méthode quantique de Bien-Être car elle utilise les outils quantiques (conscience, effet observateur, intention = information + énergie) afin d’œuvrer globalement sur le champ pour le bien-être cellulaire.

10) PHYSIQUE et STRATÉGIE : La LHCP® est une méthode quantique de Bien-Être car elle repose sur le fait que le corps est un champ quantique qui présente toutes les caractéristiques holographiques. Deux conséquences. Une action locale entraine un impact sur tout le corps. Pour obtenir le meilleur résultat à un niveau local, il est nécessaire d’œuvrer de manière globale.

Toutes les informations de ce site (ou via la newsletter) vous sont données à titre purement informatif et ne se substituent en rien à l’avis médical. L’auteur du site ne peut être tenu pour responsable de l’utilisation de ces informations ou même de l’éventuelle inexactitude de celles-ci.

Inscription Newsletter

Menu
RENDEZ-VOUS & INSCRIPTIONS

Consultations

Stages LHCP®

elit. mattis Phasellus suscipit Aenean sit efficitur. Donec accumsan in eleifend